Institut Technique de l'Aviculture (ITAVI)

France - itavi.asso.fr

Institut de recherche appliquée pour la volaille

Personne-ressource: Anne-Christine DUFAY-LEFORT

L'ITAVI est leader du projet, coordonne la création de la plateforme d'échange de connaissances, participe à la collecte de données, aux tests dans les fermes pilotes et à la diffusion des résultats.  

L'Institut Technique de l'AVIculture (ITAVI) fonctionne comme une interface entre la recherche et les acteurs de terrain, partageant ses réseaux professionnels et son expertise sur différents systèmes de production avicole.

L'ITAVI est un institut technique français de recherche appliquée au service des professionnels des secteurs de la volaille, des lapins et de l'aquaculture

Nous contribuons à répondre à des enjeux de santé publique et avons pour objectif d'identifier et de caractériser les impacts biologiques et physiques des contaminants chimiques, d'identifier les facteurs de risque et les leviers de maîtrise pour l'ensemble de la chaîne de production avicole, et de développer des outils de prévention pour assurer la qualité sanitaire des produits de consommation, la santé et le bien-être des travailleurs et des animaux.

Notre objectif est de fournir aux éleveurs, et à tous les secteurs de l'industrie, des matériaux de référence, des informations scientifiques, techniques et économiques, et une expertise permettant d'améliorer la durabilité de la production, dans les secteurs suivants : nutrition, santé et bien-être, qualité des produits, environnement et économie.

Fondée en 1968, cette association (statut : association à but non lucratif) est pilotée par quatre collèges : accouvage, producteurs d'aliment, éleveurs et abattoirs.

L'ITAVI est partenaire de l'Anses dans l'unité technologique mixte Sanivol (santé, hygiène et biosécurité), et le projet NETPOULSAFE est porté à travers ce partenariat.

Nous sommes convaincus que le partage des connaissances et des pratiques en matière de biosécurité au niveau européen contribuera à prévenir les crises/épidémies graves et à améliorer l'acceptation de la biosécurité.